Calculez la réduction d’impôts obtenue grâce à votre plan d’épargne retraite, en utilisant le simulateur ci-dessous :

Comment déduire plafond Epargne retraite – Comment Defiscaliser avec un PER – Comment calculer la réduction d’impôt – Comment calculer crédit impôt Epargne retraite ?

  1. Le PER, une déduction du revenu imposable

 

  • Y a-t-il un montant maximal pouvant être versé ?

 

Oui, il y a un montant maximal, son calcul est visible sur l’avis d’imposition vous permettant d’être tenu au courant. D’autant plus que ce calcul est spécifique à chacun puisqu’il est déterminé en fonction de votre cas de figure, il est personnalisé.

 

  • Quel est le gain fiscal ?

 

Prenons pour exemple, Jean, il a versé un montant de 10 000€ sur son PER en 2020, sa tranche marginale d’imposition étant de 30% il peut espérer une réduction d’impôts de 3 000€ en l’an 2021.

 

  • Est-il possible de renoncer à cet avantage ?

 

Si vous souhaitez renoncer à cet avantage, vous le pouvez, par conséquent ce refus touchera la fiscalité du PER à la sortie.

 

  • Pour qui cette réduction d’impôt est-elle plus avantageuse ?

 

Tout d’abord, sachez qu’il n’y a pas de prérequis pour pouvoir ouvrir un PER, seulement d’être âgé de plus de 18 ans. Il faut bien prendre en compte que plus vous versez d’argent sur votre PER, plus votre réduction sera importante, cela signifie également qu’il est intéressant si votre tranche marginale d’imposition est élevée (30-45%).

 

  • Pour qui cette réduction d’impôts est-elle plus avantageuse ?

 

Le PER est avantageux pour les contribuables qui paient le plus. À en juger par le taux marginal d’imposition, à partir de 30% il est très attractif, et il l’est encore plus pour les personnes qui sont imposés à 41% et 45%.

De plus, comme le retrait du PER est fiscalisé, l’imposition à un taux marginal d’imposition inférieur au moment du retrait peut maximiser les avantages financiers du PER.

 

  • Comment gérer le taux de prélèvement à la source ?

 

Lorsque les souscripteurs au PER versent des sommes importantes, ils peuvent demander une révision à la baisse de leurs taux de prélèvement.

Cela sera prit en compte dans un délai de 3 mois par l’administration fiscale.

Cela n’est possible que si vous avez effectué un versement d’un montant élevé, car il vous faudra le renseigner lors de votre démarche.

Vous pouvez effectuer cette demande sur le site impots.gouv.fr.

 

  • Y a-t-il une contrepartie ?

 

Oui, le PER vous permet de bénéficier de réductions d’impôts à partir du moment où vous « entrez ». Au lieu de cela, la taxe est payée « au retrait ». Si vous choisissez de retirer des rentes viagères, ces rentes sont soumises à l’impôt sur le revenu et, comme les pensions de retraite, vous devez également payer 17,2% des cotisations de sécurité sociale. Si vous optez pour la sortie en capital, le PER offre une nouvelle possibilité :

Le capital est soumis à l’impôt sur le revenu ;

Les plus-values sont imposées à 30% du montant total du prélèvement forfaitaire (PFU).

 

 

  1. Les plafonds

 

  • Le plafond de l‘épargne retraite.

 

Le plafond d’épargne retraite, qui peut être utilisé pour déduire les cotisations versées, se trouve dans votre avis d’impôt sur le revenu. Cette section décrit le montant qui peut être déduit de l’impôt sur le revenu. Pour déduire ce montant de vos revenus, vous devez faire un don à un produit d’épargne retraite tel qu’un régime d’épargne retraite (PER). Cependant, ces déductions fiscales sont limitées par le plafond d’épargne retraite. Si vous êtes marié ou PACSÉS, veuillez faire une déclaration conjointe, vous pourrez alors lire l’impôt maximum pour vous-même et votre conjoint ou partenaire PACS.

 

  • Jusqu’à 32 000€ de plafond pour les salariés.

 

Les paiements volontaires sur PER peuvent être déduits du revenu imposable. La déduction des acomptes provisionnels n’est pas illimitée. Vous pouvez verser n’importe quelle somme sur le PER, mais les avantages fiscaux quant à eux seront limités par les plafonds. Les versements sont déductibles à hauteur du montant le plus élevé entre :

Soit, à 10% des revenus d’activité professionnelle avec une limite égale à 10% de 8 fois le plafond annuel de sécurité sociale de l’année précédente, en l’occurrence elle est de maximum 32 419€ pour les versements datant de l’an dernier.

 

Ou, à 10% du PASS de l’année précédente, en l’occurrence au minimum

4 052€ pour les versements datant de l’an dernier.

Le PASS (Plafond Annuel de la Sécurité Sociale) se sert toujours pour référence de paiement le PASS de l’année précédente, donc pour les versements datant de 2020, le PASS 2019 est de 40 52€.

 

  • Jusqu’à 70 000€ de plafond pour les TNS.

 

Pour les TNS (travailleurs non-salariés) cela fonctionne différemment. Les autorités fiscales estiment que des deux calculs suivants vous pouvez choisir le résultat qui vous est le plus favorable :

 

Soit, 10% du bénéfice imposable, ajoutés, aux 15 % de la fraction      du bénéfice imposable comprise entre 1 et 8 fois le montant du plafond annuel de la Sécurité Sociale. La limite étant fixée à 76 101€.

 

Ou, 10% du montant annuel du PASS 2020, soit 4 113€.

 

  • Les plafonds non-utilisés

 

Parfois, les fonds utilisés dans les régimes d’épargne retraite sont inférieurs à la limite. En d’autres termes, vous n’avez pas encore utilisé entièrement la limite de l’épargne retraite. Ce plafond inutilisé sera donc reporté aux trois prochaines années. C’est pourquoi l’avis d’imposition mentionne la limite maximale disponible pour les 3 dernières années.

 

  • Vous pouvez d’avantage défiscaliser grâce aux 3 années passées.

 

Sachez qu’en investissant plus sur le PER vous réduisez votre impôt sur le revenu.

Tout d’abord il vous faut savoir la somme des plafonds non utilisés, cette information est présente sur la feuille d’impôt ou alors vous pouvez en faire la demande par mail sur le site impots.gouv.fr.

L’administration fiscale fonctionne de l’année la plus ancienne à la plus récente, donc elle déduit d’abord la limite maximale de N-3, puis la limite maximale de N-2, et enfin celle de N-1.

 

Si vous versez 8 000€ sur votre PER, et que votre revenu imposable est de 50 000€, alors :

 

Initialement votre plafond épargne retraite sera de 5 000€, en A1 votre plafond non utilisé sera de 3 500€, en A2 il sera de 3 000€, et en A3 de

2 500€.

Le Fisc va donc commencer par l’année même et donc soustraire 8 000€ de 5 000€. Il vous restera donc 3 000€ qui seront dispersé dans les 3 années précédentes en commençant par la 3ème :

 

L’A1 aura un plafond de 3 500€, l’A2 sera de 2 500€ et enfin l’A3 sera de 0€.

 

  • Les couples étant soumis à une imposition collective peuvent obtenir des plafonds mutualisés.

 

Pour les couples mariés ou pacsés, ayant une importante différence de revenu cela peut être intéressant de déclarer communément leurs revenus, leur permettant d’accéder chacun à un plafond de déduction de l’épargne retraite.

Alors, vous devez cocher la case 6QR sur la déclaration de revenus N°2042. Cela voudra dire que vous mutualiserez la limite maximale pour l’année dite. Afin de profiter de la partie inutilisée du plafond de l’épargne retraite du Conjoint, vous devez cocher encore une fois la case 6QR lors de la prochaine déclaration de revenus.

 

  • Les mineurs, les inactifs, les étudiants et les retraités peuvent obtenir des plafonds spécifiques.

 

Même si comme tels ils n’obtiennent pas de revenus considérés comme « professionnels », ils bénéficient d’un plafond qui représente 10% du PASS de l’an passé, en l’occurrence pour l’année 2021 il représente 4 052€ si le versement date de 2020.

Également si vous n’avez réalisé aucun versement, y compris les 3 dernières années, alors ces plafonds viennent s’ajouter pour représenter un plafond général de 15 808€ pour l’année 2020.

 

  • Les nouveaux résidents Français peuvent obtenir des plafonds spécifiques.

 

Les nouveaux résidents récemment installés au cours des 3 dernières années civiles n’ont pas d’impôts sur votre revenu. Par conséquent, ils ne pourront pas obtenir de plafond d’allègement au cours de la première année d’installation en France.

A titre exceptionnel, ces anciens non-résidents français peuvent bénéficier de deux exonérations fiscales pour déterminer le plafond de paiement applicable à leur première année de résidence en France :

 

Le plafond de déduction est calculé sur la base des revenus de la même année (année en cours) de la résidence en France.

 

Ou, le plafond de déduction est de 8 PASS Plafond de déduction supplémentaire, égal à trois fois le plafond de déduction (3 x 10% du revenu ou 3 x 10% du PASS).

 

 

  1. Déductibilités ou non-déductibilité des versements.

 

  • Déductibilité des versements.

 

Si vous payez des impôts et avez choisi de déclarer le montant du paiement dans la déclaration de revenus (déductibilité des versements), vous devrez soit payer des impôts sur la base de la rente ou du capital, en fonction du choix que vous avez effectué.

 

  • Non-déductibilité des versements.

 

A l’inverse, si vous payez des impôts et que vous décidez de déclarer ce montant, alors il n’y aura aucun paiement à effectuer concernant le capital au moment du départ en retraite.

Concernant la rente, sera seulement prit en compte l’impôt sur le revenu en fonction des prélèvements sociaux (17,2%), et de votre âge (30% à 70%).

 

Si le montant de vos impôts est faible voire nul, il reste tout de même préférable de fonctionner de la sorte car lorsque vous partirez à la retraite, vous ne paierez pas d’impôt concernant votre épargne quand vous la récupérerez.

 

 

  1. Le simulateur

 

  • Comment fonctionne-t-il ?

 

Étant donné que cette réduction dépend de plusieurs facteurs et qu’elle est personnalisé, le simulateur un besoin d’un certain nombre d’informations pour pouvoir calculer votre réduction.

Cela sera notamment lié à votre situation familiale, nombre d’enfants, si vous êtes en situation particulière, votre revenu imposable, et bien entendu la somme que vous avez versé sur votre PER.

En prenant en compte tous ces éléments le simulateur en déduira votre avantage fiscal.