Plus de visibilité sur les frais de vos contrats d’épargne

Les assureurs de Bercy se sont mis d’accord pour qu’un tableau commun des frais concernant l’assurance vie et le PER soit mis en place à partir du 1er juin prochain. L’occasion pour les épargnants de s’intéresser d’un peu plus près à ces frais qui peuvent plus ou moins valoriser leur épargne.

C’est à la suite de la demande du ministre de l’Économie et des Finances Bruno Lemaire, après avoir reçu le rapport du Comité consultatif du secteur financier (CCSF) paru en juillet 2021. Ce rapport déplore le manque de visibilité concernant les frais des PER et pousse vers une plus grande transparence tarifaire.

Les meilleurs contrats PER retraite du marché

 

Le 1er juin 2022 un tableau standardisé des frais sera mis en ligne

C’est le 2 février dernier qu’un accord entre les assureurs, les banques ainsi que les distributeurs a été signé. Cet accord engendre la mise en ligne d’un nouveau tableau standardisé (à destination des épargnants) des frais concernant l’assurance vie et les PER à partir du 1er juin prochain. Ce tableau ne concernera que les contrats en cours de commercialisation.

Pour les épargnants dont le contrat en cours n’est plus commercialisé, ils peuvent tout de même obtenir le détail des frais en étudiant le relevé annuel d’informations qui leur est adressé chaque année par leur assureur.


Quelles sont les conditions de sortie d’un PER obligatoire ?

Depuis la mise en place de la loi Pacte en 2019, de multiples modifications ont été apportées au PER. Le ...
Lire La Suite…

Souscripteur décédé, qu’advient-il de son contrat PERin ?

Avec la surcharge de la Sécurité Sociale, le gouvernement tente d'inciter les Français à épargner pour leur retraite. En effet, ...
Lire La Suite…

 

Vous pouvez découvrir les différents contrats PER sur le marché en utilisant notre comparateur PER.

 

Frais d’entrée variant de 0% à 5%

Les frais d’entrée ou de versements ont déjà été supprimés certains organismes de mutuelle ou encore des courtiers en ligne. Quant à d’autres, ils poursuivent le prélèvement des frais d’entrée sur le fonds euros tout en ayant réduit ou même supprimé les frais d’entrée sur les unités de compte.

Il faut savoir que même si ces frais sont amenés à disparaître, des réseaux tels que les conseillers en gestion de patrimoine ou encore les agents généraux peuvent encore les appliquer, néanmoins, ces frais restent négociables. Il est important de savoir que des frais d’adhésion à une association d’épargnants peuvent être ajoutés aux frais d’entrée et qu’ils varient entre 20 et 30 euros par an généralement.

De plus, lorsque des frais d’entrée sont appliqués, cela signifie que les rendements de l’année qui s’annonce seront nuls et qu’il faudra patienter au moins un an ou deux pour que des bénéfices soient effectués sur l’épargne.

 

Frais de gestion allant de 0,45% à plus de 1%

Les frais de gestion correspondent à un pourcentage directement prélevé sur le contrat de l’épargnant. Ces prélèvements peuvent survenir chaque année ou chaque trimestre en fonction de la compagnie. Une partie de ce pourcentage est reversé en passant par des rétrocommissions au distributeur par l’organisme assureur. Cela prend en charge le suivi quotidien du contrat d’épargne.

De manière générale, les frais sont variables en fonction du support d’investissement choisi :

 

Les différents supports d'investissement.
Les différents supports d’investissement.

 

Vous pouvez consulter notre étude pour comprendre le des différents modes de gestion.

 

Frais sur les unités de compte allant de 0,20% à 2%

En ce qui concerne les unités de compte, les frais qui y sont appliqués sont quasi invisibles. Il s’agit en effet, de frais déjà prélevé par les gestionnaires.

Il faut savoir que lorsqu’elles prélèvent ces frais, les gestionnaires en reverse une partie à l’assureur ou l’organisme qui distribue le contrat. On parle alors de rétrocommission.

Concernant les unités de compte, ce sont les ETF qui sont les moins sabordés par les frais. Les ETF sont les fonds indiciels cotés).

 

Frais de gestion pilotée ou sous mandat variant de 0% à 1%

Dans le cas où l’épargnant n’aurait pas opté pour une gestion libre et qu’il a préféré laisser la gestion de son contrat multisupport à un gestionnaire, il est évident que des frais supplémentaires seront appliqués (ce n’est pas forcément le cas pour les contrats en ligne).

La gestion libre, quant à elle est gratuite, l’épargnant est le seul à avoir la main sur ses investissements et choisi librement les supports sur lesquels il souhaite investir son argent.

 

Frais d’arbitrage allant de 0% à 1%

Dans le cadre des frais d’arbitrage, il faut savoir que les contrats ne les facturant pas deviennent de plus en plus courants sur le marché, il peut également s’agir de contrat. Offrant un plus ou moins grand nombre d’opérations gratuites par an.

Cependant, il faut rester attentif, car dans certains contrats, les frais d’arbitrages peuvent être gratuits en partant du fond euros et allant vers les unités de compte, mais payants si l’opération est effectuée en sens inverse.

Il faut toutefois être vigilant ! En effet, les frais d’arbitrages gratuits peuvent pousser les épargnants à multiplier le voyage entre fond euros et unités de compte en fonction de l’état de santé du marché. Il s’agit d’une manière de faire peu recommandable du fait de la conséquence qu’elle aura sur la performance du contrat.

 

Autres frais

D’autres types de frais existent :
Tout d’abord, les frais de transfert qui sont plafonnés à 1% sur les contrats PER, puis les frais de versements de la rente que l’on peut faire monter jusqu’à 3% maximum ou encore les frais de rachat pour certains contrats.

Le nouveau tableau standardisé qui sera mis à disposition des épargnants à partir du 1er juin prochain sur tous les sites web des différents assureurs devrait permettre de faciliter la comparaison toute en mettant en place davantage de concurrence et rendra les frais dégressifs.

Néanmoins, il faut prendre garde au décalage existant avec les anciens contrats, ces derniers pourraient bien faire face à des frais plus importants. Les épargnants peuvent procéder à une demande de transfert vers un nouveau contrat (par exemple transférer un PERP ou un contrat Madelin vers un PER) sans forcément changer d’assureur.

 

Pour conclure, France Assureur a assuré qu’au cours de l’année 2021 il a été enregistré 423.000 dits « loi PACTE », alors que l’on en comptait 236.000 en 2020.

 

Si vous avez des questions concernant certains points de cet article ou que vous souhaitez obtenir des renseignements sur les contrats PER disponibles sur le marché, vous pouvez contacter l’un de nos conseillers via l’onglet « souscrire ». Vous serez recontacté rapidement afin de répondre à vos questions et vous conseiller.