Comment alimenter son Plan Epargne Retraite (PER)?

Le PER ou peut-être alimenté à l’aide de divers versements. :

  • Versements dit « volontaires », effectués par la titulaire du ,
  • Versements provenant de l’,
  • Le transfert d’un ancien produit de retraite vers le PER

Le nouveau PER ne donne pas lieu à une refonte fiscale, il est cependant créé pour être plus attractif. Ainsi, l’ensemble des versements volontaires effectués sur votre PER bénéficieront d’une déduction d’impôt.

Les meilleurs contrats PER retraite du marché

 

Les versements volontaires

Les versements volontaires effectués par l’épargnant lors d’une année sur son PER sont déductibles de son revenu imposable dans une certaine limite.
C’est l’année N+1, c’est-à-dire l’année suivante que la déduction s’applique.

La déductibilité est de 10% de votre revenu professionnel net de l’année précédente (N-1) avec un plafond de 41 136 €.


Les fiscalités appliquées lors d’un déblocage anticipé du PER

Mis en place le 1er octobre 2019 et issu de la loi PACTE (1  Loi n° 2019-486 du 22 mai ...
Lire La Suite…

Comment anticiper sa retraite avec le plan épargne retraite (PER)

Dispositif d'épargne permettant à son adhérent de préparer sa retraite en l'anticipant, le PER est une solution d'épargne destiné spécialement ...
Lire La Suite…

Dans le cas où vous n’avez pas utilisé votre plafond depuis plus de 3 ans, vous bénéficiez d’un reliquat. Ce dernier est reportable sur les 3 prochaines années. Afin de connaître les plafonds qui n’ont pas été utilisés, référez-vous à la dernière page de votre avis d’imposition.

La déductibilité à l’entrée du contrat n’est pas obligatoire. En effet, le titulaire du contrat a le choix et peut ne pas bénéficier de cette déduction d’impôt. En revanche, l’épargnant profitera d’un avantage à la sortie de son contrat, ce dernier sera totalement exonéré d’impôts sur le capital récupéré, seuls les gains réalisés sont imposés.

 

Les versements provenant de l’épargne salariale : Intéressement, Participation, droit inscrit au CET.

Afin d’alimenter son PER, un épargnant peut effectuer des versements depuis son épargne salariale. Deux situations sont possibles :

  • Premièrement, l’épargnant réalise lui-même le versement sur son PER dans la limite de 10 jours. Ces versements sont soumis aux prélèvements sociaux (PS) qui sont de 17.2%
  • Deuxièmement, le versement peut provenir de l’employeur directement. Dans ce cas l’entreprise est exemptée de cotisations sociales. Concernant l’épargnant, les versements de ce dernier sont soumis aux prélèvements sociaux, mais sont exonérée d’impôts sur le revenu.

 

Le transfert d’un ancien produit de retraite vers un PER

L’arrivée du nouveau PER instauré par la loi Pacte en 2019, permet à l’épargnant de basculer ses anciens contrats d’épargne ver son PER.
Vous êtes donc libre de transférer votre épargne cumulée dans vos différents dispositifs vers votre PER, et ce, avant.

Les contrats que vous pouvez transférer sont les suivants :

Les anciens contrats retraite
Les anciens contrats retraite
  • Le PERP
  • La loi Madelin
  • Le Perco
  • L’Article 83 …

Le transfert vers votre PER peut se faire pour plusieurs raisons et objectifs :

  • Le besoin de regrouper l’intégralité de vos plans dans un seul pour une plus grande simplicité
  • Un rendement faible
  • Des frais élevés
  • Un manque de conseil et d’accompagnement sur votre PER
  • Un nombre de fonds réduit

 

Comment doit-on procéder pour transférer un ancien contrat vers son PER ?

Plusieurs étapes sont à suivre lorsque vous souhaitez effectuer un transfert :

  • Souscrire à un PER individuel en indiquant que les sommes placées proviennent d’un transfert
  • Adresser au gestionnaire de votre ancien contrat une lettre qui demande le transfert de votre épargne vers votre nouveau contrat PER. Il faut préciser qui prend en charge votre nouveau plan. Des frais de transfert peuvent être appliqués dans le cas ou votre contrat à moins de 5 ans. Ils sont plafonnés à 1% pour tous les assureurs. À l’inverse, si votre contrat à plus de 5 ans le transfert de l’épargne est complètement gratuit.
  • Lorsque le gestionnaire de votre ancien contrat a reçu votre demande, il dispose de 3 mois pour communiquer à l’épargnant la valeur du transfert, celle que vous devrez donner à la nouvelle compagnie.
  • Lorsque votre nouvel assureur a reçu la valeur du transfert il doit vous informer de l’acceptation ou non de la démarche
  • Lorsque l’acceptation est formulée, vous disposez d’un délai de 30 jours durant lequel vous pouvez y renoncer.

Afin de souscrire à un PER adapté à vos besoins, nous mettons à votre disposition notre comparateur PER, il vous apportera des informations sur les différents contrats présents sur le marché et vous guidera dans votre choix.

 

Comment gérer l’épargne placée sur un PER

Une fois votre PER alimenté vous devez à présent vous souciez de la gestion de ces sommes au sein de votre plan. En effet, votre épargne doit être répartie sur différents supports, d’une part les fonds euros (sécurisé) et d’autre par les unités de comptes (risqué). Cette répartition est primordiale, car c’est elle qui va vous permettre ou non d’atteindre un taux de rendement satisfaisant.

Le PER est un dispositif proposant différents modes de gestion :

  • Gestion pilotée : elle est appliquée par défaut. La gestion de votre épargne est déléguée à un professionnel. Elle repose sur la diminution du risque au niveau de vos placements qui s’intensifie de plus en plus à l’approche de la retraite. De ce fait, plus vous êtes éloigné de la retraite et plus votre épargne sera investie sur des supports en unités de comptes. Or, plus vous êtes près de la retraite et plus votre épargne sera placée sur des supports en fonds euros.
  • Gestion libre : comme son nom l’indique elle est « libre » c’est-à-dire que c’est l’épargnant lui-même qui répartit son épargne sur les différents supports d’investissement.

 

Envie d’en savoir plus ? Nos conseillers sont à votre disposition, nous vous invitons à prendre rendez-vous avec l’un d’entre eux via l’onglet souscrire.